Le progrès numérique avance à grands pas malgré la pandémie qui a frappé la planète entière ces deux dernières années. Bientôt, le numérique sera au service du système de santé français. Le Président Macron prévoit un ambitieux plan d’investissement de plusieurs milliards d’euros pour favoriser l’innovation numérique dans le secteur de la santé. L’objectif étant de propulser la France au rang de leader européen de la santé numérique d’ici 2030. Bien que la qualité des soins de santé en France jouisse déjà d’une meilleure réputation, ce projet d’envergure garantira à tous les citoyens d’avoir accès aux soins.

La numérisation : pour renforcer les failles du système de santé en France

Tous les Français n’ont pas accès aux soins, une partie de la population vit dans un désert médical. Cela concerne notamment ceux qui sont en isolement géographique où l’accès aux soins est pratiquement impossible. La seule solution serait donc la télémédecine. Certes, celle-ci ne remplace pas les relations humaines, mais du moins elle s’intègre dans le parcours de soin du patient.

La prise en charge médicale numérique ne présente que des avantages. D’une part, elle facilite l’accès aux soins à tous les citoyens, peu importe l’endroit où ils se situent. D’autre part, tous les médecins ont facilement accès à toutes les informations des patients. En quelques clics, les praticiens peuvent accéder aux données de ces derniers grâce au Dossier Médical Partagé ou DMP :

  • Compte rendu d’examen,
  • Analyses,
  • Allergies,
  • Vaccins …

Le DMP est accessible uniquement par les professionnels de la santé, à condition bien sûr d’avoir l’autorisation du patient.

La prise en charge médicale numérique : un projet soutenu par l’État

L’État est un acteur clef dans le développement de la prise en charge médicale numérique en France. Quelques milliards d’euros ont déjà été débloqués par le Ministère des Solidarités et de la Santé dans ce secteur.

En outre, des logiciels sont en cours de développement pour faciliter les échanges entre les professionnels de la santé en vue d’améliorer la prise en charge des patients.

Pour des raisons de confidentialité, de nombreuses mesures ont été mises en œuvre dans le but d’assurer la protection de la vie privée des malades. L’Agence du Numérique en Santé ou ANS s’est engagé à accompagne les acteurs concernés par la transformation du système de santé français.

Quel est le rôle de l’ANS ?

La numérisation du système de santé n’est pas sans risque et la protection de chaque patient est une priorité pour l’ANS.

Afin d’éviter de quelconques vols d’informations, le projet est exécuté sous le regard vigilant de l’ANS. En effet, les patients sont souvent réticents à partager des informations personnelles via internet. L’ANS joue donc le rôle de médiateur afin de donner une meilleure image de la prise en charge médicale numérique. Aucun logiciel ne sera rendu public sans l’aval de cette agence.

Par ailleurs, l’ANS est en étroite collaboration avec la Caisse nationale d’Assurance maladie. Ce partenariat a été engagé dans le but de fluidifier le parcours du patient entre la téléconsultation et la délivrance des médicaments par le pharmacien.

En plus de ces diverses interventions, l’Agence du numérique en santé apporte son soutien dans la numérisation des établissements médico-sociaux.

Les missions de l’ANS peuvent se résumer en trois grands points :

  • Réguler la e-santé en établissant les bonnes pratiques et les cadres en matière de sécurité.
  • Diriger les projets d’intérêt national sous l’appui des pouvoirs publics.
  • Accompagner le déploiement des projets et outils numériques en santé au niveau national.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.